Accueil Qui sommes nous ? Les formations Les dossiers Les liens Nous contacter

Un vrai congé maternité pour toutes les femmes médecins

https://www.change.org/p/mme-marisol-touraine-un-vrai-congé-maternité-pour-toutes-les-femmes-médecins?source_location=petitions_share_skip

Alors que les remplaçants sont à 70% des femmes et qu'elles jouent un rôle prépondérant dans notre système de santé, l'Assurance Maladie refuse de leur accorder la même protection sociale en cas de maternité qu'à toutes les autres femmes médecins.
Vous pouvez contribuer à la mobilisation qui vise à obtenir une égalité de traitement entre tous les médecins, installés ou remplaçants, en signant et en faisant signer la présente pétition avant le 1er mars prochain.

Les remplaçants sont au coeur de notre système de santé

Les remplaçants en médecine sont 11 285 en France en 2016 (+17,1% depuis 2007, dont 63,2% de généralistes) selon le Conseil National de l'Ordre des Médecins (CNOM) (1). Ils jouent un rôle prépondérant dans la continuité des soins : ces jeunes professionnels remplacent en moyenne 6,1 généralistes différents par an et leur effectif est composé à 70% de femmes, avec un âge moyen autour de 31 ans, d’après l’étude (2) menée en 2015 par ReAGJIR.

De plus, 39% des remplaçants sont des médecins âgés de moins de 40 ans susceptibles de s’installer d’ici trois ou quatre ans (3).

D'après Sophie AUGROS, Présidente de ReAGJIR, « du fait du nombre décroissant de médecins généralistes (4), le rôle des remplaçants est encore plus important. Le risque ici est de faire fuir les jeunes médecins de l’exercice libéral vers d'autres modes d'exercice plus protecteurs. »

Un mécanisme qui exclut les remplaçants

Les médecins, lorsqu'ils s'installent en cabinet, signent avec l'Assurance Maladie une convention, dans laquelle ils s'engagent à respecter les tarifs fixés nationalement. En contre-partie, l'Assurance Maladie leur octroie plusieurs avantages (ex : une aide pour le paiement des cotisations retraite ou maladie).

Or, « sous prétexte que les remplaçants ne sont pas conventionnés (quand ils aimeraient pouvoir l’être s’ils le souhaitent – il s’agit d’une demande récurrente de ReAGJIR), ils n’auront pas droit au nouvel avantage maternité en cours de discussion alors que ce sont souvent des jeunes médecins avec un projet familial. »

L’avenant en cours de négociation entre l'Assurance Maladie et les syndicats de médecins commence par rappeler à quel point le niveau de protection sociale offert aux médecins libéraux constitue un facteur déterminant pour les jeunes générations dans le choix de leur mode d'exercice de la médecine. « Nous savons que l’amélioration de la protection sociale des médecins porte ses fruits. », rebondit Sophie AUGROS. « Conventionnés ou pas, si les remplaçants n’étaient pas pris en compte dans ces négociations, ce serait rater une belle occasion d’améliorer la prévoyance des jeunes médecins. »

Pour une égalité de traitement entre tous les médecins

Inquiet de cette perspective, ReAGJIR entend mobiliser les jeunes médecins pour le biais de la présente pétition. « Nous nous désolons de voir qu’une fois de plus les remplaçants sont la dernière roue du carrosse, preuve du manque de reconnaissance de ces professionnels et de leur rôle-clé. Nous espérons que les partenaires conventionnels se mettront d’accord le 1er mars, date de la prochaine et dernière réunion de négociation, sur les modalités de ce congé maternité pour une application rapide et que les remplaçantes ne seront pas laissées pour compte. Tous les médecins, sans exception, devraient pouvoir exercer sereinement en conciliant vie professionnelle et vie familiale. », conclut le Dr. Sophie AUGROS. « Face à une démographie médicale qui diminue et une féminisation du métier, une telle mesure est aussi la bienvenue pour que les étudiantes aient envie de s’investir dans cette voie quel que soit leur mode d’exercice, qu’elles soient installées ou remplaçantes. C’est d’ailleurs le type de mesures que nous avons pris en compte dans le Pacte des Jeunes Généralistes (5) qui vise à améliorer notre système de santé pour en assurer la pérennité. »

Aussi, pour sauvegarder notre système de santé et reconnaître enfin le rôle décisif des remplaçants en médecine générale dans l'organisation des soins, signez et faites signer la présente pétition !